Les étonnantes aventures d’Aaron Broom

aaronbroom

Présentation de l’éditeur

Assis dans notre vieille Ford, j’ai regardé mon père traverser la rue jusqu’à la porte de la bijouterie où il a sonné et attendu qu’on lui ouvre. Au même moment, un homme coiffé d’une vieille visière de tennis rabattue sur les yeux s’est glissé derrière lui dans le magasin. J’ai tout de suite senti que quelque chose clochait…
Il y a eu le boum, boum de coups de pistolet, la grande vitrine a explosé en mille morceaux et le type à visière est ressorti, un sac dans une main, un pistolet dans l’autre. Puis il a disparu dans la foule.

Mais le bijoutier a été tué et le père d’Aaron, venu vendre des montres, s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment et va être accusé de ce crime. Que faire quand on a douze ans, pas un dollar en poche, une maman à l’hôpital, et qu’on décide de sauver son papa?
D’abord, chercher des secours auprès d’une bande de copains et copines hauts en couleur : un marchand de journaux qui voit tout ce qui se passe dans la rue, un boxeur à la retraite, Ella, fauchée elle aussi, mais à l’imagination fertile, et un célèbre avocat choisi au hasard dans l’annuaire.
On est à Saint-Louis, Missouri, en 1929, en pleine Dépression. Comment vont alors se dérouler Les étonnantes aventures d’Aaron Broom?

TRAHIR de Helen Dunmore, traduction Antoine Bargel, au Mercure de France

livre_affiche_2399

Présentation

    Brusquement et sans signes avant-coureurs, Volkov tape du poing sur la table : « Vous pensez que je ne me rends pas compte que mon fils est très sérieusement malade ? Vous, les médecins, vous nous prenez tous pour des imbéciles ! Vous savez qui je suis ? »

Andreï pose ses mains à plat sur ses genoux. D’une part, il ne sait pas quoi répondre. De l’autre, il devine que tout ce qu’il pourra dire sera pris pour de la provocation. Il est fort naturel qu’un père ait besoin d’exprimer ses émotions. Et il faut surtout que Volkov ait le sentiment d’être un parent et rien d’autre, ici, dans cet hôpital.

Mais Volkov est un des chefs de la terrible police secrète. On est à Leningrad, en 1952. Andreï, jeune et brillant pédiatre, a vu arriver dans son service un petit garçon souffrant d’un très grave cancer des os – le fils unique de Volkov. Or celui-ci n’accepte pas le diagnostic, ni le verdict : amputation d’une jambe. Quoi qu’il arrive, Andreï sera coupable et donc puni.

Alors que faire, alors que l’étau se referme sur lui et sa famille ? Partir dans une autre ville ? On le retrouvera. Se cacher ? C’est impossible. Lâché par ses collègues et amis, tous contaminés par la terreur ambiante et prêts à le trahir, il risque de payer le prix fort.

Helen Dunmore est une des romancières les plus connues en Angleterre aujourd’hui et auteur de douze romans et d’ouvrages pour les enfants, traduite en plus de trente langues.

Trahir a été sélectionné pour le Man Booker Prize.